Virginie Lydie
Auteur jeunesse et adultes
Auteur-scénariste plurimédia 

 
 


Traversée interdite : les harragas face à l'Europe forteresse


Harragas : ceux qui brûlent... les frontières,leurs papiers, leur passé… parfois même, leur vie. Largement médiatisés au Maghreb, où ils font figure d’aventuriers, ces héros de la désespérance se terrent en Europe sous le vocable de clandestins, autant dire une menace pour l’ordre public ! Coupables, à nos yeux, ne sont-ils pas victimes d'un rêve qui, dans le fond, nous habite tous, celui de vivre mieux.



A l’heure de la mondialisation, il y a du mythe dans le phénomène des harragas : d’un côté, la perception d’une « menace » qui justifie des moyens humains et technologiques dignes du retour des barbaresques ; de l’autre, le rêve d’un « ailleurs interdit » qui ne fait plus figure de paradis mais où, pensent-ils, ils ont une chance de faire leur vie. « Une chance sur mille, peut-être, mais si je reste, j’ai zéro chance ! » disentils. Faute d’espérer un visa qui ne viendra jamais, ils se lancent dans un pari fou qui tient à la fois de la loterie et de la roulette russe : une fois, deux fois, cinq fois… Les rêves n’ont de limite que la mort !

Partir ou mourir !

Ces jeunes qui ne fuient ni la guerre, ni les persécutions, pas même la misère, sont un mystère à nos yeux. Si la conjoncture est un facteur déclenchant, leur jusqu'auboutisme, le "Partir ou Mourir" comme ils disent, repose sur des fondements complexes qui relèvent en partie de l'intime.

Leur pire cauchemar est l'expulsion

Arrivés en Europe, quand ils ne sont pas morts en mer, la clandestinité les attend et avec elle, la rue, la prison... Ce n'était pas comme ça qu'ils voyaient l'Europe, et pourtant leur pire cauchemar est l'expulsion. Pour l'éviter, ils cachent leur identité. Au départ, la stratégie est payante, mais elle rend tout espoir de régularisation impossible et les plonge dans une précarité extrême. Plus le temps passe, plus leur situation devient intenable, plus le retour leur est impossible. Alors ils restent, et à défaut d'avoir coulé en mer, ils sombrent dans un interminable naufrage qui les mène vers la folie, la mort parfois.

Pourquoi ?

Ce livre tente de porter un autre regard sur ces hommes, des enfants parfois, qui sont les grands incompris de l'immigration. Il est ponctué de nombreux témoignages de clandestins, de familles, d’expulsés, de professionnels (psychiatre algérien, psychologue et anthropologue spécialistes de la médiation interculturelle, sociologues, magistrat…). Il est préfacé par Kamel Belabed, père d'un harraga disparu et porte-parole du « collectif des familles de harragas disparus.
 
Traversée interdite, les harragas face à l'Europe fortresse - Virginie Lydie -  Editions 
Le passager clandestin - Février 2011


 

 
 

 

 





L'ouvrage est soutenu par La Cimade. 

Il est en vente en librairie, sur Internet, mais si vous souhaitez contribuer à l'action de La Cimade, vous pouvez l'acheter sur leur boutique en ligne :


 [...]C’est par le suicide d’un jeune homme qui s’est immolé par le feu qu’a commencé la révolte en Tunisie : un jeune qui brûle, pour hurler à la face du monde sa rage et son désespoir… Le livre de Virginie Lydie a été écrit bien avant cela, mais on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement, puisque son étude porte précisément sur le cas de ces jeunes Maghrébins que l’on appelle « harragas » ce qui signifie littéralement en arabe « ceux qui brûlent »[...]



Cliquer sur l'image en dessous pour voir l'émission de TV5 Monde du 24 avril 2011 : "Les exilés du Printemps arabe", animée par Mohamed Kaci avec :
- Kaouter Adimi, écrivaine, "L'envers des autres", éd. Actes Sud
- Samia Maktouf, avocate
- Virginie Lydie, auteure de "Traversée interdite", éd. Le Passager clandestin







En savoir plus grâce à l'enregistrement de la conférence organisée par l'association "Les amis du temps des cerises" et que j'ai donnée à Clermont-Ferrand  le 24 septembre 2011.

 
 
Revue de presse

[...] L'auteure de "Traversée Interdite", paru aux éditions "le passager clandestin" a animé le 21 mars les débats du "Lundi de Médiapart" à la Maison des Métallos. Ce qui s'est échangé secoue jusqu'aux tréfonds. On a beau savoir, on fait moins le malin en sortant [...]
Compte-rendu du débat Mediapart du lundi 21 mars 2011 par Dianne

http://www.lepassagerclandestin.fr/cariboost_files/J_essaime_oct2011.jpg[...] Imaginez être enfermé-es dans un pays, sans possibilité de voyager ni d’aller voir ailleurs — un ailleurs décrit comme opulent par la publicité, les images marchandes, également vanté comme le lieu de toutes les opportunités —, dans cette situation, votre rêve ne serait pas de partir ? [...]
Chroniques rebelles

ITW sur France culture par Jacques Munier  : émission "A plus d'un titre" du 18 juillet 2011  ( 2° partie d'émission)

[...] En plein essor de la démocratie au Maghreb, Virginie Lydie consacre un livre aux harragas, les migrants irréguliers qui prennent la mer pour venir en Europe. Précarité, manque de perspectives [...]
Euopolitiques

Savez-vous ce qu'est un harraga ? Non ? Pourtant vous devez en rencontrer quotidiennement dans vos tribunaux : le harraga est celui qui brûle. C'est l'étranger qui a brûlé ses papiers et qui a choisi de partir du Maghreb, celui que vous retrouvez aux audiences correctionnelles pour ILE* ou refus de se soumettre à une décision de reconduite à la frontière et dont l'identité ou la nationalité restent incertaines…Le harraga a sacrifié son passé et ses origines pour l'espoir d'un 

Un livre plein d'humanité, à mettre dans de nombreuses mains, qui éviteraient à certains de porter des jugements trop hâtifs sur eux.
Aqui

« Les brûleurs de frontières, grands incompris de l’immigration?»
ITW de Marie Barbier - L'Humanité

Hantée par la mort, son histoire commence par un cri : « Partir ou mourir ! » et se termine souvent par un autre : « La mort plutôt que l’expulsion. »
Monde diplomatique, Ali Chibani

Ils brûlent la mer pour vivre libres 
Note de lecture d'Ali Chibani, sur Grotius "Médias & Humanitaire"

Un livre d’enquête auprès des harragas, ces jeunes Maghrébins candidats à la clandestinité 
Politis

Finalement l’auteure nous fait prendre conscience de l’absurdité et de la cruauté de la mondialisation, qui d’une part ouvre au rêve et d’autre part refuse catégoriquement ces aventuriers du XXIe siècle, « ces héros de la désespérance »

[...] Ils sont les derniers héros à faire face à la dérive sécuritaire de l’Europe. En Algérie, on les appelle les Harragas[...]
Joël Jegouzo

[...] Cet ouvrage nous aide à comprendre la jeunesse du Maghreb, ses rêves, ses ambitions. « Une chance sur mille, peut-être, mais si je reste, j’ai zéro chance ! » disent-ils [...]
Padil - Sahim Jaafar

[...]  L'auteure analyse toutes les motivations, les craintes, les souffrances et les espoirs à une immigration clandestine à qui elle sait redonner un visage humain, 
Courrier de l'Atlas

Tribune de Libération (Rebonds) en date du 27 avril 2011 à à propos des Tunisiens arrivés clandestinement en Europe pendant la révolution.

Grâce à des témoignages, Virginie Lydie perce ces rêves d'ailleurs - « La France n'est pas un eldorado, mais certains s'en sortent, pourquoi pas eux ? » ; plonge dans la vie clandestine, dans la France d'en dessous, comprend l'impossible retour au pays, « où le regard des siens, des autres est la pire des prisons » 
Sud-Ouest - 1er avril 2012




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement